DE - FR - IT

I vostri commenti - Les Caprices de marianne

Lasciate qui i vostri commenti >>

Qualche commento sulle nostre produzioni " Les Caprices de Marianne"

Commentaires d’élèves et d’enseignants, propos recueillis par le Théâtre de Vidy-Lausanne

Lausanne : Gymnase de Beaulieu, Classe de Mme Paux

J'ai emmené mes 3 classes de maturité (1ère, 2ème et 3ème année) voir cette pièce et dans l'ensemble tous les élèves ont beaucoup apprécié. Ils ont aimé la transposition dans l'Italie des années 50, ont trouvé le décor fort à leur goût. Certains ont mentionné un rythme adéquat. (…) Dans l'ensemble ce spectacle leur a donné envie de retourner au théâtre et donc le but me semble parfaitement rempli.

Lausanne : Gymnase de la Cité, Classe de Mme Parmigiani

Age : de 3ème année
Lecture préalable de la pièce

En ce qui me concerne, j'ai trouvé les idées de réactualisation du metteur en scène (costumes, décor, vespa, etc...) tout à fait convaincantes. Elles permettent de rendre attentifs aux aspects intemporels de la "crise" identitaire des héros. Le jeu des comédiens était globalement excellent, frais, insolent.

Quant à mes élèves, ils ont apprécié de retrouver les enjeux du texte portés avec une telle énergie et présence scénique. Ils ont bien aimé, eux aussi, les choix de réactualisation.Le fait que ce soient de très jeunes comédiens qui jouent ces rôles, voulus jeunes par Musset, leur a beaucoup plu également.
Bref, excellente expérience.

Lausanne : Gymnase du Bugnon, Classe de Mme Tappy

Lecture préalable de la pièce

Les élèves et moi-même avons dans l'ensemble fort apprécié la pièce:
- Le personnage d'Octave était le plus convaincant et le plus apprécié. (Costumes, jeu)
- Les décors, bien qu'éloignés des indications de Musset, convenaient pour une mise en scène moderne, ainsi que le rythme donné par le bruit du bus et l'obscurcissement de la salle. Cela a été fort remarqué.
- Le choix de l'appel téléphonique pour la conversation entre Coelio et sa mère a été surprenant mais très apprécié.
- Dans une société de plus en plus anti-tabac, le fait que les acteurs fument sur scène à diverses reprises a surpris et dérangé nombre d'élèves!
- Le personnage de Marianne acquiert sa présence sur scène plus l'intrigue progresse et devient de plus en plus convaincante et attachante.
- Le personnage de Claudio a d'abord surpris par son jeune âge, mais, au vu de son comportement, cet élément a vite été oublié.
- Le personnage de Coelio a quelque peu déçu, bien qu'il soit difficile de dire pourquoi! Il paraissait assez fade, mais n'est-ce pas lié à son personnage? Mais il est néanmoins difficile d'imaginer un autre Coelio!
De plus les élèves ont trouvé que le fait de voir la pièce après l'avoir lue était enrichissant. Ils reconnaissent également qu'il est nécessaire d'avoir lu la pièce, ou du moins de connaître l'intrigue, avant de venir au spectacle afin de mieux pouvoir en profiter.

Bellinzone : Classe du lycée de Locarno

Nous avons apprécié l’interprétation des jeunes acteurs et leur attitude spontanées, sans chichis. En outre nous avons été touchés par leur passion du métier et leur énergie positive.
Le moment du débat à la fin de la pièce nous a plu. Les acteurs ont beaucoup interagis avec nous et leur attitude terre à terre nous ont aidé à apprécier encore plus le théâtre.

Kreuzlingen : Classe de M. Kämpf

Age des élèves : 18 ans
Lecture préalable de la pièce

Opinion des élèves :
Lecture lue avec intérêt et bien comprise. Représentation écho très positif quant à la mise en scène, le décor et l’interprétation, mais regretté l’acoustique insuffisante.

Opinion de l’enseignant :
 Conditions du spectacle : mauvaise acoustique et bavardage. (…) Les acteurs étaient mal compris au fond de la salle. (…) Nous sommes prêts à continuer notre tradition d’inviter le Théâtre de Vidy au bord du Lac de Constance.

Sarnen : Classe de Mme Zellweger

Nous avons beaucoup apprécié la pièce. Nous avons nous-même essayé d’imaginer une modernisation du sujet. Le langage de la pièce est néanmoins difficile pour les élèves et ils ont dit n’avoir pas beaucoup compris lors de la représentation (les répliques sont plus rapides qu’à la lecture). Mais ils en ont quand même saisi le sens grâce à la lecture. La durée, le décors et le jeu des acteurs et des actrices ont plu aux élèves.

Wil : Classe de Mme Frey Mäder, Kantonsschule Wil

Age des élèves : 17-18 ans
(…) Un des aspects positifs de la pièce est le décor moderne. Le metteur en scène a bien montré que les « Caprices de Marianne » n’est assurément pas une pièce uniquement destinée au 19e siècle mais reste d’actualité.

Delémont : Classe de Mme Thentz, collège secondaire

Age des élèves : 15-16 ans
Un petit sondage montre que 3 élèves ont peu apprécié la pièce et 11 moyennement. Quelques élèves ont trouvé que le langage ne correspondait pas à l’époque choisie par le metteur en scène. Ils ne comprennent pas pourquoi les acteurs fument autant durant le spectacle.
Quant à moi, je pense que même si les élèves ne le disent pas, ils ont apprécié la pièce, la preuve étant l’attention et le silence dans la salle durant toute la représentation.

La  Chaux-de-Fonds : Classe de M. Renck, Lycée Blaise Cendrars

Age des élèves : 16-17 ans
Les élèves n’avaient pas lu la pièce au préalable

Après petit tour de classe, les élèves ont apprécié la pièce. Faute de mise en contexte dans leur cours de français, ils ont apprécié aussi, mais en toute « inconscience », l’excellent travail de modernisation au niveau de la mise en scène – qui est étrangement, et joliment, borgésienne…

Romont : Classe de Mme Surchat, CO de la Glâne, Romont

Age des élèves : 16 ans
Lecture de la pièce au préalable

Opinion d’un élève :
J’ai trouvé la pièce très bien. Les décors sont modernes, ce qui m’a surpris au départ, mais qui m’a plu finalement. Les acteurs sont bons, surtout Octave que je trouve drôle et bizarrement accoutré. Le scooter donne un aspect plus vivant à la pièce. Elle correspond bien à l’idée que je m’en étais faite durant la lecture. Le langage est parfaitement compréhensible. Je trouve la pièce assez longue et certains dialogues ennuyeux.

Neuchâtel : Théâtre du Passage, Patrice Genet, responsable de la communication.

(…)Ce fut un plaisir de vous avoir pour quelques Caprices qui ont su trouver leur public et captiver les étudiants comme rarement lors de représentations scolaires.

Carouge : Théâtre de Carouge, Florent Lézat chargé des partenariats scolaires et culturels


- Les quatre représentations tout public ont attiré 368 élèves venus en classe, issus à peu près aux deux tiers du postobligatoire, le reste du cycle d’orientation. Ces élèves ont très bien accueilli le spectacle. Certains élèves avaient eu une introduction en classe par moi-même.
- Les quatre scolaires ont accueilli chacune environ 140 élèves (la commission théâtre du cycle d’orientation, qui les a organisées, fixe ce nombre comme maximum). La qualité d’écoute et d’attention des élèves, mis à part quelques menus problèmes, a été grande. Les élèves réagissaient beaucoup à certains passages. Le choix d’un contexte proche de nous – les années 50 – a sans doute facilité l’identification des élèves avec les personnages, de même que le jeu des comédiens. Les comédiens ont trouvé, semble-t-il, ce public relativement « facile ».

Commentaire de la classe 6c de Sarnen, mars 2009
Rédactions recueillies par leur professeur de français

Labyrinthe de l'amour


,,Les Caprices de Marianne", une célèbre pièce de théâtre de Alfred de Musset, a été mit en scène à Sarnen dans le „Theater Altes Gymnasium". Une mise en scène vraiment pour les jeunes.
Un classique
Le nom „les Caprices de Marianne" devrait faire écho dans les oreilles françaises et suisses romandes. C'est un classique qui est joué beaucoup et qui appartient la culture général. Mais malhereusement on le ne connait pas vraiment en suisse alémanique.
L'histoire agît de Marianne femme de 19 ans - jeune, pure et morale - son mari Claudio - vieux, riche et jaloux - Coelio, jeune homme mélancolique et amoureux et aussi Octave, l'ami de Coelio, qui aime la fête et le vin. Coelio est amoureux désespérement de Marianne. Mais elle n'entend pas ses chansons d'amour, ne lit pas ses lettres. Elle veut être fidèle à son mari et sort seulement de la maison pour aller à la messe. Alors Coelio demande à son meilleur ami Octave de l'aider. Octave doit parler à Marianne et la persuader d'aimer Coelio. Mais il est toujours poursuivi du jaloux Claudio et son valet Tibia, qui supposent que Marianne a des amants.
Balance entre tragique et comique
Trans Helvetia, un projet qui cherche l'échange linguistique entre les jeunes suisses allemands et suisse romands, a mis en scéne cette piéce sous la direction de Jean Liermier.
Ce n'est pas mission simple, de faire une pièce symphatique pour les jeunes romands et allemands, surtout avec un thème tellement tragique. Mais ils ont atteint leur but sans doute.
Phénomenal joué, mis en scène vraiment moderne et avec beaucoup de l'humour. Avec beaucoup de créativité le groupe est arrivé à placer tout le jeu dans un lieu et d'enchâsser des éléments modernes (comme un bus ou un téléphone), sans que la pièce perde crédibilité. La jolie langue de Musset, qui et quand même très sec et souvent trop formulé dans le livre, est rendue vivante sur la scéne.
Mais malgré que le texte soit interprété très bien, il reste très difficile à suivre pour les spéctacteurs allemands. C'est toute une langue abstrait et complexe, et même ceux qui ont lu la pièce n'ont pas compris plus de 50 pourçent du texte. On peut dire, la sensibilisation des jeunes allemands est atteinte par la manière du jeu, mais pas dans le choix de la pièce...
Pour finir on peut dire que ce pièce, mis en scène avec la créativité d'un jeune ensemble et un metteur en scène très emotif, prouve le superbe travail que TransHelvetia fait pour la culture de théâtre en Suisse.

Critique de Spectacle „Les Caprices de Marianne"

Simple mais bon
Non, il n'y a pas eu une happy end. Voir la fin était surprenant et triste. L' amour fou s'est pas réalisé. Tout ce q' est resté c'est des personnes trompé et déçu.
Le Spectacle montre l' amour sans espoir et contrarié de Coelio qui aime Marianne, la femme du cousin de son ami Octave. Coelio ne peut pas s'imaginer d' oublier Marianne quoiqu' elle soit mariée avec le vieux et riche Claudio. Donc Octave, l'ami de Coelio fait tout pour l'aider: Il guette Marianne de sorte qu'à la fin elle est d'accord de parler avec Coelio. Mais ils ne savent pas que son mari a des soupçons et qu' il pense que Marianne a un amant. Il piège Coelio et Marianne et quand ils se rencontrent la première fois, Claudio tue Coelio. A la fin on voit Marianne, qui veut réconforter Octave, mais celui-ci est désolé et il accuse Marianne d'avoir aidé tuer Coelio.
Le spectacle était très bien mis en scène. Le décor du thèatre était simple et les scènes ont tout été joués en même place, mais c'était très bien pour comprendre le spectacle. Le language était très jolie mais c'était dommage que les écoliers n'aient pas compris beaucoup. Avant tout c'était dommage pour les jeux de mots amusants du Octave, qui à joue très bien. Comme les autres acteurs.
Au début ça m'a dérangé qu'ils fument tout le temps. Mais après deux scènes j'ai dû dire que ça conviens aux rôles. Claudio a fuméee quand il était furieux, Coelio quand il était déprimé, et Octave parce que il a célebré le carnaval. Le Spectacle m'ai plu et après c'est plus facile de comprendre l'histoire.

Amour sans espoir!

Les caprices de Marianne — le théâtre de Musset présenté par TransHelvetia
Une pièce de théâtre ravive à Sarnen. Une critique après avoir vu "les caprices de Marianne".
Tout est mal qui finit mal.
Le théâtre "Les caprices de Marianne" a été présenté le 5 janvier 2009 à Sarnen par l'organisation TransHelvetia qui ont le but de multipliés les échanges théâtraux des écoles romandes et alémaniques.
Ecrite par Alfred de Musset, la pièce de théâtre « Les Caprices de Marianne » est une comédie mais encore plus proche a la tragédie. Le théâtre se passe à Naples et les protagonistes principaux sont Marianne, Claudio, Octave et Coelio. Marianne est la belle jeune femme de Claudio qui est juge. Claudio lui-même est très jaloux et suspecte Marianne d'avoir des amants. Ce n'est pas le cas mais c'est vrai qu'il y a beaucoup d'hommes qui s'intéressent à Marianne. Par exemple Coelio qui est amoureux de Marianne comme un fou. Avec l'aide d'Octave il veut devenir l'amant de Marianne. Mais à la fin Coelio est tué, Marianne est amoureuse d'Octave et Octave la rejette.
Au début du théâtre on voit la coulisse - c'est l'extérieur de la maison de Claudio et Marianne. La coulisse est bien fait et aussi avec un trottoir. La coulisse est tout le temps la même et à la fin c'est un peu ennuyeux car il y a beaucoup de détail. Une chose spéciale était l'utilisation de la coulisse - par exemple quand Octave a dessiné quelque chose sur la porte ou quand Coelio utilise le téléphone. Les effets musicaux (le bus) sont vraiment réussis.
Les acteurs avaient bien représenté leur caractère et le meilleur était pour moi l'acteur d'Octave. L'acteur d'Octave a joué le changement d'Octave très bien, l'audience a compris qu'il n'est pas la même personne qui peut vivre sans souci à la fin. Les costumes ont transposé l'action dans le temps présent. Le théâtre est présenté comme un mixte de temps modern et anciens. Octave par exemple a aussi un motocycle.
La représentation était compréhensible aussi sans avoir lu le livre. Mais pour des élèves c'est très dur de se concentrer si longtemps. Un problème était aussi que ils ont parlé trop vite et que ce n'est pas une langue facile que Musset a utilisée.
En tout je peux dire que le théâtre m'a plu et c'était bien représenté mais pas avec de grandes effets - au centre étaient les disputes entre les acteurs.

Critique de théâtre „Les caprices de Marianne"

Non seulement le décor de théâtre était crédible. Aussi les acteurs et les actrices ont persuadé avec une vraie performance de comédiens.
« TransHelvetia », est une organisation qui veut aider à faire des échanges théâtraux entres les écoles romandes et alémaniques. Le 5 janvier l'organisation a présenter une de leur production actuelle au lycée cantonal d'Obwalden. C'est le spectacle «Les caprices de Marianne ».
C'est une histoire d'un homme, nommé Coelio qui est amoureux de Marianne. Le problème est que Marianne est mariée. Mais le copain de Coelio, Octave, veut aider. Et il peut faire ça parce qu'il est le cousin de Claudio, le mari de Marianne. A la fin Marianne est amoureuse d'Octave et elle veut le rencontrer. Mais Octave dépêche Coelio auprès de Marianne parce qu'il veut le aider. Quand Coelio arrive chez Marianne, Claudio le tue.
Le décor de théâtre était étonnant et je trouve qu'en raison de ça il y a eu une atmosphère crédible. Surtout l'utilisation de choses comme le meule ou le téléphone ont créé une atmosphère intéressante et partiellement aussi drôle. Mais aussi la musique était très adaptée.
« TransHelvetia » a fourni une pièce de théâtre « Les caprices de Marianne » très originelle et crédible.

Les caprices de Marianne
Critique du théâtre

J'étais vraiment impressionnée quand j'ai vu le théâtre. Les acteurs jouaient très bien, le décor de théâtre avait l'air absolument fantastique avec la maison et la moto, ce n'était pas beaucoup, mais l'effet était bien, et il y avait une très bonne atmosphère durant le théâtre. Les acteurs parlaient et jouaient comme si c'était leur propre vie. Celui qui a joué Octave avait l'air rigolo et ivre. Le spectateur pouvait, à cause de son spectacle, bien suivre ses actions. Celui qui a joué Marianne a eu l'air de façon lunatique et gâtée comme ça devrait être et Coelio a joué une personne complètement amoureuse. Le seul point, que je peux critiquer, est qu'ils ont parlé trop vite. Je n'ai pas beaucoup compris er c'était difficile pour moi d'écouter pendant une heure ce que les acteurs disaient. C'était bien, que nous aient lu la pièce ensemble en classe. Si nous n'aient pas fait ça, je n'ai compris presque que rien.

Un spectacle spéciale

C'est vraiment un event impressionnable, le théâtre „Les caprices de Marianne". Avec des moyens simples, la troupe vaudoise orchestre l'oruvre de Alfred de Musset.
Le 5 janvier 2009, l'équipe constituée de quatre acteurs et deux actrices a joué la tragédie devant des étudiants de l'école cantonale d'Obwalden à Sarnen. Ce théâtre est un projet de l'organisation TransHelvetia qui veut améliorer la rélation des théâtraux des écoles romandes et alémaniques.
Dans la pièce de théâtre, il y a Coelio, un jeune homme amoureux de Marianne, femme de dix-neufans mariée au juge Claudio. L'amour passionnant est confronté par un grand obstacle: Marianne est déjà mariée. Au début, Marianne est complètement fidèle à Claudio qui est beaucoup plus vieux que Marianne. Mais elle n'a pas pensé qu'il y avait quelqu'un comme Octave, l'ami joyeux de Coelio et cousin de Claudio qui veut entremettre Coelio et Marianne.
Dès lors, Octave et Marianne parlent et discutent ensemble. Claudio est très jaloux et interdit Marianne de parler avec Octave. La fière Marianne est entêtée et dit à Octave qu'elle veut avoir un amant maintenant — mais pas Coelio. Néanmoins, Octave dit à Coelio d'aller chez Marianne, mais la maison de Claudio est pleine d'assassins cette nuit.... La fin: Coelio est tué, Octave désolé et Marianne avoue qu'elle est amoureuse... d'Octave!
La troupe joue très professionellement. De plus, les interprètes ont des similarités physiques avec les personnages dans le livre — Marianne est belle, Coelio fait un impression calme et pensive. La pièce de Musset est projeté dans l'actualité avec des petits changements: La vespa, l'arrêt, les vêtements. Quand même, la tragédie emporte le spectateur dans un mondé loin du nôtre, elle construit un cadre presque mystique.
La simplicité de la coulisse est charmante, mais aussi un peu dommage: On ne voit jamais la mère de Coelio et les conversations entre Marianne et Octave semblé toujours être les mêmes. En outre: Les acteurs et les actrices parlent très vite — pour des spectateurs allemands ce n'est pas très simple de suivre l'action.
Pour finir, je fais un compliment aux personnes du théâtre Vidy-Lausanne, c'était un évenement spécial malgré la langue.

„Les caprices de Marianne” Critique de théâtre 07.01.2009

Critique de théâtre: „les caprices de Marianne"
Comment-on peut jouer une pièce de théâtre de 1833 â un public, qui n'a pas comme langue maternelle le français, de manière à ce qu'il comprend la représentation? TransHelvetia a essayé cette difficulté et a nous montré une version possible.
«Les caprices de Marianne» est un théâtre d'Alfred de Musset. Il s'agit d'un homme, Coelio, qui est amoureux de la femme Marianne. Le problème est que Marianne est mariée avec le juge Claudio, qui est très jaloux. Au début, la possibilité pour elle d'avoir un amant est impossible et immorale. Coelio ne veut pas accepter cette situation et cherche l'aide de son ami Octave. Octave qui est plus libre et a des expériences avec l'amour veut essayer de parler avec Marianne. Dans la conversation Marianne tombe amoureuse d'Octave. L'histoire se développe la jalousie de Claudio qui devient forte. Il commence â combattre ses ennemis toutes les moyens, aussi avec la violence. Une nuit Claudio tue Coelio, à cause d'un malentendu. Pour Marianne et Octave il n'y a pas un happy end non plus. Octave ne peut pas vivre ensemble avec Marianne, en sauçant que dans la réalité Coelio a été amoureux de Marianne et qu'il est mort â cause de ça. A la fin Octave se sépare de Marianne.
La représentation du 5 janvier 2009 a été bonne. Les acteurs ont vécu leurs rôles. Ils ont joué les personnages comme je m'imagine. La mise en scène a été réalisée agréablement. Ils ont trouvé une solution d'avoir seulement un décor, contrairement à au livre. Toute la tragédie joue devant la maison de Claudio et Marianne. Alors il n'y a pas de interruptions male choisie. On a omis les entractes non essentiels aussi. Comme ça nous avons pu comprendre mieux les actes importants. Malheureusement les acteurs ont parlé souvent très vite et indistincts. Pendant ces moments je n'ai pas eu une chance de comprendre ce qu'ils disent. Dommage!
A la fin je peux dire que ce théâtre a été pour moi une bonne expérience. C'est très intéressant de voir un théâtre dans une autre langue. Mais je pense qu'on a besoin, comme nous avons fait, d'avoir une bonne préparation avant la représentation pour mieux comprendre les actes.

Critique de théâtre Les caprices de Marianne

Dans le texte suivant je vais brièvement présenter le théâtre „Les caprices de Marianne", écrit par Alfred de Musset et après je vais le critiquer. Je vais me référer à la représentation du 5 janvier 2009 à Sarnen.
Le théâtre „Les carpices de Marianne" raconte d'un jeune homme, qui s'appelle Coelio et qui est amoureux d'une belle femme. Le problème est qu'elle est déjà mariée et c'est pourquoi elle ne s' intéresse pas à lui, bien que l'ami de Coelio, Octave, qui est aussi le cousin de Marianne, essaie de la convaincre de faire la connaissance avec Coelio. À la fin Octave réussit à arranger une rencontre entre Marianne et Coelio et tout semble s'être bien passé. S'il n'y avait pas Claudio, l'homme de Marianne. Car il soupçonne Marianne d'avoir des amants. C' est pourquoi il encercle son maison avec des assassins. Coelio ne le sait pas. Il tombe dans le piège et est assassiné.
Environ deux semaines avant que le théâtre a eu lieu, j'ai regardé le film „Les caprices de Marianne" sur TSR 2.
Je n' étais alors pas mal surprisé quand j'ai vu les acteurs et les actrices. Lesquels etaient les mêmes que dans le film.
Le théâtre m'a bien plu bien que le français soit difficile. Ils ont transformé l'ancienne histoire da ns notre temps. Et ça est réussi.
Cela m'a aussi plu qu' ils travaillent avec de la musique. Elle était soutenant pour l'action. Aussi le décor de théâtre était très approprié. Mais, comme dans le film plus moderne que dans le livre.
Les acteurs et actrices ont très bien joué leurs rôle. Ils ont aussi réussi de transmettre la comique et c'était très amusant.
En conclusion je peux dire, qù il semble qù on puisse recommander de regarder ce théâtre. Mais pour la compréhension c'est mieux si on parle et comprend bien la langue, autrement il est très difficile de comprendre tous les dialogues.

Critique du théâtre La critique de théâtre « Les caprices de Marianne »

Ce sont toujours les femmes qui sont à inculper, n'est-ce pas? Les femmes et leurs caprices. Mais les hommes ne sont pas incroyablement entêtés, non...
Le théâtre « Les caprices de Marianne » écrit par Alfred de Musset est l'histoire d'un homme nommé Coelio qui est amoureux d'un ideal féminin. A Naples, l'homme jeune veut désespérément conquérir Marianne, une jolie femme mariéé avec le juge Claudio. Claudio est très jaloux et prêt à faire tout pour faire disparaître les amants prétendus de sa femme. Coelio envoie sa servante Ciuta et l'ami Octave pour convaincre Marianne de son amour. Mais ils ne réussissent pas parce que Marianne est fidèle à son mari et qu'elle ne connaît même pas Coelio. Ils ne s'ont encore jamais vus. Elle refuse Ciuta et Octave. Pendant ce temps Claudio engage des tueurs à gages qui doivent tuer les amants de Marianne. Claudio violent menace aussi Marianne. Elle est tellement furieuse qu'elle décide d'avoir un amant. N'importe qui. Elle demande à Octave de lui chercher un amant. Elle est amoureuse de lui, toutefois Octave ne l'aime pas. Il veut envoyer Coelio au rendez-vous avec Marianne. Le soir venu, Marianne essaye d'aviser Octave des tueurs à gages, mais le message arrive trop tard. Coelio est tué. Marianne et Octave reste - « Je ne vous aime pas, Marianne. C'était Ceelio qui vous aimait.»
Cette pièce de théâtre a des éléments tragiques et comiques. Avant tout, ce sont les dialogues, la stychomythie entre Coelio et Octave, qui sont comiques. Octave est de nature détendue, il aime le plaisir dans la vie. La représentation des Caprices de Marianne le 5 janvier 09 à Sarnen a très bien montré ce côté d'Octave. La mise en scène est moderne et on peut constater que le drame pourrait se dérouler aujourd'hui. Les deux actes sont très bien joués par les jeunes acteurs. Le décor est fonctionnel et joliment arrangé. Les costumes et les maquillages sont équivalents à l'apparence d'aujourd'hui. La représentation m'a beaucoup plu, mais l'extérieur n'est pas tout. Et si peut-être Coelio conaissait l'interieur de Marianne, il n'aurait jamais été amoureux d'elle.

Pourquoi il est profitable de regarder ,,Les Caprices de Marianne"

Critique de théâtre
L'organisation TransHelvetia a réalisé la pièce de théâtre « Les caprices de Marianne ». La représentation est vraiment bien venue, très amusante et avec beaucoup d'élan. Pour ça les metteurs en scène et les acteurs méritent vraiment du respect.
La pièce « Les caprices de Marianne » est écrit par Alfred de Musset en 1833. Il correspond en genre des pièces de théâtre. L'histoire se déroule à Naples.
La protagoniste dans l'histoire est Marianne. Elle est la femme de Claudio, qui est un important juge dans la ville. La relation entre Marianne est Claudio est distancée et Marianne a beaucoup de respect pour Claudio. Coelio, un jeune homme, est terriblement amoureux de Marianne, et il essaie de la gagner avec l'aide d'Octave. Mais à cause de la peur de Marianne de son mari il n'arrive pas d'atteindre son but. A la fin de l'histoire, a cause d'un involontaire hasard, Coelio doit mourir parce qu'il est fusillé par des gardes de Marianne.
La première chose à dire de cette pièce de théâtre est très formelle, c'est que toute la représentation est très courte, seulement une heure. C'a des avantages et des désavantages: Elle n'est pas ennuyante, mais à peine il a commencé elle est déjà fini.
Quand j'ai regardé le théâtre, la première chose qui m'a sauté aux yeux était le décor de théâtre : très simple, mais avec d'amour pour les détails . Quand les acteurs ont marché sur la scène, j'ai vu que ce sont des acteurs vraiment professionnels : Leur mimique était toujours expressive et leur langage était très clair, Un peu très rapide des fois, mais comme ça il est réaliste.
Ce qui était très intéressant est le jeu entre le vieux et le moderne. La pièce est écrite en 1833 mais sur la scène Octave vient avec un motocycle et les personnes portent des vêtements modernes.
Les effets avec le son étaient vraiment réussis, par exemple quand un des protagonistes téléphone ou quand on peut entendre un coup.
Dans toute la pièce on peut trouver de la comique et de l'ironie. Par exemple qu'Octave est toujours ivre et il y a de l'ironie quand Coelio doit mourir à la fin et Octave ne veut Marianne pas comme son amante.
Moi je suis très contente pour a regardé ce pièce de théâtre avec l'école, j'ai beaucoup ri et je voudrais le regarder encore une fois si je pouvais.